Un jour, Un saint

Postez ici vos intentions de prière.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

10 août : Sainte Philomène

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 10 AOUT

10 août : Sainte Philomène

Vierge et Martyre


Vierge et martyre inconnue jusqu’aux premières années de ce siècle, et dont le tombeau fut providentiellement découvert aux catacombes l’an 1802. DIEU a rendu célèbre par tant de miracles la découverte du corps de Sainte Philomène ; le culte de cette jeune sainte s’est répandu dans tout l’univers avec une rapidité si merveilleuse ; elle a reçu et reçoit de toutes parts des hommages si exceptionnels, qu’elle mérite d’être placée au premier rang parmi les vierges et martyre que vénère l’Eglise.
Le saint curé d’Ars l’appelait sa chère petite sainte et faisait des merveilles par son invocation. D’après les révélations respectables, sainte Philomène aurait la fille d’un prince grec, et son glorieux martyre aurait eu lieu à Rome, sous Dioclétien.

D’après les études fort sérieuses des savants, sainte Philomène aurait été plutôt une enfant du peuple, immolée au 1er siècle pour JÉSUS-CHRIST, à l’âge de 12 ou 13 ans.
L’examen de ses ossements a permis d’apprécier son âge ; la fiole de sang desséché trouvée dans sa tombe indique clairement son martyre ; les instruments de supplice peints sur la plaque de terre cuite qui fermait le tombeau, les flèches, l’ancre, la troche nous montrent quels genres de torture elle a soufferts. L’inscription : La paix soit avec toi, Philomène, nous fait connaître son nom vénéré. C’est à bon droit que sainte Philomène a été appelée la thaumaturge du XIXè siècle ; aucun saint peut-être dans ce siècle n’a opéré tant de prodiges.

On l’invoque dans tous les besoins ; mais elle semble s’être déclarée surtout l’amie et la protectrice des petits enfants. De tous les miracles qu’elle a faits, le plus grand et l’explosion de confiance et d’amour qu’elle a entaîné dans toute l’Eglise.
Source : Le forum catholique

Les litanies de Sainte Philomène composées par Saint jean-Marie Vianney

Dévotion à Sainte Philomène.

Chapelet et cordon de Sainte Philomène.

Neuvaine de Sainte Philomène.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

10 août Saint Laurent de Rome

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 10 AOUT

Biographie de Saint Laurent de Rome

Litanies de Saint Laurent de 1801 pour être préservé d'incendie ou du feu intérieur(page 228).

LITANIES DE SAINT-LAURENT version de 1933

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Dieu le Fils, Rédempteur du monde, ayez pitié de nous.
Esprit Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte-Marie, Reine des Martyrs, priez pour nous.

Saint Laurent, pieux enfant de Saint Orens et de Sainte Patience, priez pour nous.
Saint Laurent, qui avez eu pour Jésus-Christ un amour si vif et si tendre, priez pour nous.
Saint Laurent, qui dès votre jeunesse, désiriez ardemment servir l’Église, priez pour nous.
Saint Laurent, digne ministre des bonnes oeuvres du pape Saint Sixte, priez pour nous.
Saint Laurent, dévoué au Souverain Pontife jusqu'à la mort, priez pour nous.
Saint Laurent, qui portiez au peuple de Rome la parole de Dieu, priez pour nous.
Saint Laurent, fidèle dispensateur du Corps et du Sang de Jésus-Christ, priez pour nous.
Saint Laurent, qui encouragiez les chrétiens dans la tribulation, priez pour nous.
Saint Laurent, qui donniez aux pauvres les aumônes de l’Église, priez pour nous.
Saint Laurent, qui, par le signe de la Croix, rendiez la vue aux aveugles, priez pour nous.
Saint Laurent, chargé de chaînes et emprisonné pour le nom de Jésus-Christ, priez pour nous.
Saint Laurent, qui, dans votre prison, avez fait jaillir une source d’eau vive, priez pour nous.
Saint Laurent, qui avez guéri de nombreux malades avec cette eau miraculeuse, priez pour nous.
Saint Laurent, qui avez confessé la foi de Jésus-Christ devant les tyrans et au milieu des supplices, priez pour nous.
Saint Laurent, qui avez été brûlé vif sur un gril, priez pour nous.
Saint Laurent, célèbre dans tout l’univers par votre passion qui a étonné le monde, priez pour nous.
Saint Laurent, qui, par la parole et l’exemple, nous avez appris qu’il faut consentir à tout perdre,
même la vie, plutôt que de trahir Jésus- Christ et la Sainte Église, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur,
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur,
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

ORAISON

Seigneur, notre Dieu, nous vous prions d’éteindre en nous le feu de nos passions, ô vous qui avez fait triompher Saint Laurent des flammes de son supplice.
Par notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi soit-il.

Imprimatur le 16 juillet 1933. F. DEWAILLY vicaire général

Sources : paroisse.emmanuel.free.fr

La Légende Dorée du Bienheureux Jacques de Voragine

Homélie de Saint Augustin pour sa fête

1. C'est aujourd'hui la fête du bienheureux saint Laurent, martyr ; et nous avons entendu des lectures appropriées à cette solennité sainte. Nous avons entendu, nous avons chanté plusieurs de ces passages ; nous avons surtout prêté à l'Evangile l'attention la plus soutenue. Mais afin de ne pas célébrer inutilement la fête des martyrs, appliquons-nous à marcher sur leurs traces.

Qui ignore le haut mérite du martyr dont nous venons de prononcer le nom ? Qui a prié à sa mémoire sans être exaucé ? A combien de faibles sa vertu n'a-t-elle pas obtenu des faveurs temporelles dédaignées par lui-même ? C'est qu'il les accordait, non pour entretenir la faiblesse des suppliants, mais pour leur inspirer l'amour de biens préférables à ceux qu'ils obtenaient. Il arrive souvent à un père d'accorder à ses enfants encore petits des jouets de mince valeur, surtout quand ces enfants pleurent s'ils ne les obtiennent. Une fois que ces enfants grandiront et se développeront, le père ne voudrait pas qu'ils restassent attachés à ces bagatelles; il ne les leur accorde pas moins par bonté et par condescendance paternelle. Ainsi leur donne-t-il quelques noix, quand il leur réserve tous ses biens. C'est pour ne décourager pas ces petits dans leur faiblesse que sa bonté leur permet des jeux et des amusements proportionnés à leur âge. Ce sont des caresses plutôt que des leçons. Mais les leçons que nous ont données les martyrs, les enseignements qu'ils ont saisis et saisis de grand cœur, et pour lesquels ils ont versé leur sang, sont compris dans ces mots évangéliques que vous venez d'entendre : «Abondante est votre récompense dans les cieux (1) ».

2. Cependant, mes très-chers frères, il y a deux vies, l'une qui précède et l'autre qui suit la mort, et chacune d'elles a eu et a encore ses partisans. Est-il besoin de faire le tableau de ce qu'est cette courte vie ? Nous sentons à combien d'afflictions et de plaintes elle est sujette; de combien de tentations elle est traversée, de combien de craintes elle est remplie; combien elle est ardente dans ses convoitises, exposée aux accidents; accablée dans l'adversité, fière dans la prospérité; comme elle déborde de joie quand elle gagne, comme elle se tourmente quand elle perd; mais tout en tressaillant de bonheur quand elle gagne, elle tremble, elle craint de perdre ce qu'elle vient d'acquérir , d'être inquiétée pour ce
qu'elle possède, au lieu qu'elle ne l'était pas lorsqu'elle n'avait rien. Lire la suite

Source : Abbaye Saint Benoît (bibliothèque monastique)

Image

Sépulcre de saint Laurent avec des reliques de saint Étienne sous le maître-autel de la basilique Saint-Laurent-hors-les-Murs.

Saint-Laurent-hors-les-murs
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

11 août : Sainte Claire d'Assise

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 11 AOUT

11 août : Sainte Claire d'Assise

Religieuse


Claire naquit à Assise en 1193. Le jour des Rameaux de l'année 1212, elle s'enfuit du domicile familiale en compagnie de sa cousine Pacifica pour rejoindre François à la Portioncule.
Elle put s'établir dans l'eglise de Saint Damien où elle fonda un couvent de soeurs, l'Ordre des Clarisses ou des"Dames Pauvres" Elle gouverna ce monastère pendant quarante-deux années.
En 1240, alors que la région fut attaquée par les Sarrasins, elle réussit à les faire fuire par la prière à Jésus au Très Saint Sacrement qu'elle se fit apporter pour la circonstance. Elle mourut à Assise le 11 août 1253. Elle est la sainte Protectrice des repasseuses, brodeuses, des gens de télévision, et des aveugles. Son prénom vient du latin qui signifie "celle qui est claire et remarquable"

Bénédiction de Sainte Claire : je prie notre Seigneur Jésus-Christ, par sa Miséricorde, par l'intercession de sa sainte Mère Marie, de saint Michel archange et de tous les saints anges de Dieu et de tous les saints et saintes de Dieu : que le Père des cieux réalise et confirme pour vous, au ciel et sur la terre, cette très sainte bénédiction ;


La Prière de Sainte Claire d'Assise « Que notre Seigneur vous bénisse et vous garde… »

Sainte Claire, sa vie et ses miracles.

Prière quotidienne de Sainte Claire.

Prière aux Cinq Plaies de Sainte Claire d'Assise.

Une prière à Sainte Claire,

son Testament,
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

12 août : Sainte Jeanne-Françoise Frémiot de Chantal

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 12 AOUT

12 août : Sainte Jeanne-Françoise Frémiot de Chantal

Religieuse


Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Chantal, naquit à Dijon en 1572.
Elle se maria à vingt ans, au baron Christophe de Rabutin-Chantal.
Elle eut six enfants. Veuve à  vingt-huit ans, la baronne s'occupa des pauvres. Mais son désir d'engagement se précisa. Sous la direction spirituelle de Saint François de Sales, elle se consacra à adoucir les plaies des plus démunis. Elle fonda l'Ordre de la Visitation avec son directeur spirituel.
Elle mourut à Moulins en 1641,, laissant derrière elle une communauté religieuse florissante, avec plus de 65 maisons.
Son corps repose dans la Basilique de la Visitation d'Annecy.
Elle fut canonisée en 1767.
Son prénom Jeanne vient de l'hébreu "Dieu a fait preuve de Miséricorde", ou "don du Seigneur" et pour Françoise, du germanique qui signifie "franche", "libre", et de "française".
 
Quelques méditations de Sainte Jeanne de Chantal.

Biographie et Œuvres de Sainte Jeanne de Chantal.

Ecrits et correspondance de Sainte Jeanne de Chantal.

Litanies de Ste Jeanne de Chantal.
Prières de Sainte Jeanne de Chantal
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

13 août : Saint Dorothée de Gaza

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 13 AOUT

13 août : Saint Dorothée de Gaza

Moine


Dorothée de Gaza naquit à Ascalon en Palestine dans une famille riche.
Il quitta sa ville natale très jeune pour se rendre à Gaza où il fut un disciple de Procope de Gaza qu'il eut pour maître spirituel pendant dix ans.

Refusant d'être higoumène, il fonda un monastère près de la ville où d'autres se joignirent à lui et y fondèrent une communauté qu'il ne quittera pas jusqu'à sa mort aux alentours de 560.
Il est l'auteur d'homélies et de lettres.

« Quiconque en effet dit à Dieu dans sa prière : « Seigneur donne-moi l’humilité » doit savoir qu’il demande par là à Dieu de lui envoyer quelqu’un pour le maltraiter »

Dorothée de Gaza (500-580),Œuvres spirituelles


Prières de Saint Dorothée de Gaza.

Sur les saints jeûnes de Saint Dorothée de Gaza

Instructions diverses (humilité, renoncement, divine crainte...) de Saint Dorothée de Gaza.

Le Livre de la vie et des instructions de Saint Dorothée de Gaza.

La pratique des commandements purifie de Saint Dorothée de Gaza.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

14 aout Saint Maximilien Kolbe

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 14 AOUT

14 août : Saint Maximilien Marie Kolbe

Prêtre et martyr


Rajmund Kolbe naquit en 1894 à Lodz en Pologne. Après ses études, il entra au noviciat franciscain.

En 1918, il fut ordonné prêtre et fonda la Milice des Chevaliers de l'Immaculée, apostolat consacré à l'évangélisation par Marie dans l'offrande inconditionnelle de soi à la Très Sainte Vierge.

Déporté à Auschwitz, il offrit sa vie à la place de celle d'un père de famille condamné à mort.

Il mourut le 14 août 1941 à l'âge de 47 ans. Béatifié par Paul VI en 1971, il fut canonisé par Jean Paul II le 10 octobre 1982.
Son prénom Maximilien est d'origine latine, composé de maximus et d'Emilien ce qui signifie "illustre compétiteur".  Une vidéo

Le chapelet de Saint Maximilien Kolbe

Son acte de consécration à la Très Sainte Vierge,

Prières de Saint Maximilien Kolbe.

Une biographie

L'acte de consécration à l'Immaculée Conception.

Catéchèse de Benoît XVI le mercredi 13 août 2008
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

15 août Assomption de la Vierge Marie

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 15 AOUT

15 août : Assomption de la Très Sainte Vierge Marie

Constitution apostolique Munificentissimus Deus du 1er novembre 1950Sur la définition du dogme de l’Assomption de Pie XII

LITANIES POUR L'ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE

Seigneur, ayez pitié de nous
Jésus-Christ, ayez pitié de nous
Seigneur, ayez pitié de nous

Jésus-Christ, écoutez-nous
Jésus-Christ, exaucez-nous

Père Céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Esprit-Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Trinité Sainte qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous
Sainte Marie, Vierge Mère du Christ, priez pour nous

Mère de Jésus, l’Emmanuel, priez pour nous
Mère de Jésus, le Sauveur, priez pour nous
Mère de Jésus, le Seigneur, priez pour nous
Mère conçue sans péché, priez pour nous
Mère de la Lumière, priez pour nous
Mère de la Vie, priez pour nous
Mère de l’Amour, priez pour nous
Mère de la Miséricorde, priez pour nous
Mère de l’Église, priez pour nous
Mère de tous les hommes, priez pour nous
Mère bénie entre toutes les mères, priez pour nous

Vierge comblée de grâce, priez pour nous
Vierge toute sainte, priez pour nous
Vierge très humble, priez pour nous
Vierge très pauvre, priez pour nous
Vierge très pure, priez pour nous
Vierge accueillante à la Parole, priez pour nous
Vierge croyante, priez pour nous
Vierge obéissante, priez pour nous
Vierge priante, priez pour nous
Vierge souffrante, priez pour nous
Vierge exultante, priez pour nous
Vierge bénie entre toutes les vierges, priez pour nous

Ève Nouvelle, priez pour nous
Fille de Sion, priez pour nous
Héritière de la Promesse, priez pour nous
Servante du Seigneur, priez pour nous
Arche de l’Alliance, priez pour nous
Cité de Dieu, priez pour nous
Demeure de la Sagesse, priez pour nous
Temple de l’Esprit-Saint, priez pour nous
Porte du Ciel, priez pour nous
Splendeur de la Création, priez pour nous
Femme bénie entre toutes les femmes, priez pour nous
Médiatrice de Grâce, priez pour nous
Dispensatrice de la Paix, priez pour nous
Soutien des ministres du Seigneur, priez pour nous
Guide des consacrés, priez pour nous
Modèle des épouses, priez pour nous
Protectrice des chrétiens, priez pour nous
Consolatrice de ceux qui pleurent, priez pour nous
Avocate des opprimés, priez pour nous
Salut des malades, priez pour nous
Refuge des pêcheurs, priez pour nous
Joie des enfants de Dieu, priez pour nous

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur

V. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu,
R/ Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions :
Seigneur, daignez nous accorder, à nous vos serviteurs, de jouir toujours de la santé de l'âme et du
corps ; et par la glorieuse intercession de la Bienheureuse Marie toujours Vierge, délivrez-nous des
tristesses de la vie présente, et donnez-nous d'avoir part aux joies éternelles. Par Jésus le Christ
Notre Seigneur. Ainsi soit-il!

Source : trinite.1.free.fr

CONSECRATION A L'IMMACULEE
( de Saint Maximilien Kolbe)


Daigne recevoir ma louange, ô Vierge bénie,
Immaculée Conception, Reine du ciel et de la terre,
Refuge des pécheurs et Mère très aimante
À qui Dieu voulut confier tout l'ordre de la Miséricorde.
Me voici à tes pieds. Moi ...pauvre pécheur.
Je t'en supplie, accepte mon être tout entier
Comme ton bien et ta propriété.
Agis en moi selon ta volonté, en mon âme et mon corps,
En ma vie et ma mort et mon éternité.
Dispose avant tout de moi comme tu le désires
Pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi:
La femme écrasera la tête du serpent . Et aussi:
Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier .
Qu'en tes mains immaculées si riches de Miséricorde,
Je devienne un instrument de ton amour
Capable de ranimer et d'épanouir pleinement
Tant d'âmes tièdes ou égarées.
Ainsi, s'étendra sans fin le Règne du Coeur divin de Jésus.
Vraiment ta seule présence attire les grâces
Qui convertissent et sanctifient les âmes
Puisque la grâce jaillit du Coeur divin de Jésus
Sur nous tous en passant par tes mains maternelles.

Source : hommage-a-la-misericorde-divine.com

PREMIER SERMON POUR L’ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE. De Saint Bernard
De la Susception du Christ et de celle de Marie.


1. En montant aujourd'hui dans les cieux, la glorieuse Vierge a certainement porté à son comble la joie des citoyens du ciel. Car elle n'est, rien moins que celle dont la voix fit tressaillir de joie, dans-les entrailles d'une, mère qu'elle a saluée, l'enfant qui y était encore enfermé.

Si l'âme d'un enfant qui n'était pas encore né, s'est fondue de bonheur à sa voix, quelle ne dut pas être l’allégresse des esprits célestes quand ils eurent le bonheur d'entendre sa voix, de contempler son visage ? Et même pour nous, mes frères bien-aimés, quelle fête n'est point le jour de son Assomption, quels motifs de joie et de bonheur n'y a-t-il point dans son Assomption ?

La présence de Marie éclaire le monde entier, c'est au point que les cieux eux-mêmes brillent d'un plus vif éclat, à la lumière de cette lampe virginale. C'est donc avec raison que, les actions de grâce et les chants de gloire retentissent dans les cieux; mais nous, mes frères, il semble que nous avons plus de motifs de gémir que d'applaudir. En effet, ce monde inférieur ne doit-il pas proportionner son deuil, quand elle le quitte, à l'allégresse même que sa présence répand dans les cieux ? Pourtant, trêve de plaintes chez nous, car, après tout, nous n'avons point ici une cité permanente, nous aspirons, à celle où Marie fait aujourd'hui son entrée; si nous devons un jour en être citoyens, il est juste que, même dans notre exil, et jusque sur les bords des fleuves de Babylone, nous l'ayons présente à la pensée, nous participions à ses joies, nous partagions son allégresse, surtout à celle qui remplit si bien aujourd'hui même, comme un torrent, cette cité de Dieu, que, même ici-bas, nous en recevons quelques gouttes qui tombent jusque sur la terre.

Notre Reine nous a précédés, et le glorieux accueil qui lui est fait doit nous engager à suivre Notre Dame, nous ses humbles serviteurs, en nous écriant : « Attirez-nous à votre suite, nous courrons dans l'odeur de vos parfums. » Notre exil a envoyé en avant une avocate qui, en sa qualité de Mère de notre Juge, de Mère de la Miséricorde, doit traiter en suppliante, mais en suppliante écoutée, l'affaire de notre salut.

2. Aujourd'hui notre terre a envoyé un précieux présent au ciel, pour rapprocher, par cet heureux échange de présents d'amitié, les hommes de Dieu, la terre des cieux, notre bassesse de l'élévation suprême. Un fruit sublime de la terre s'est élevé là d'où nous viennent tous dons excellents, tous dons parfaits, et une fois montée dans les cieux, la bienheureuse Vierge comblera à son tour les hommes de ses dons.

Pourquoi n'en serait-il point ainsi ? Car le pouvoir ne lui manquera pas plus que la volonté. Elle est la Reine des cieux, et une Reine de Miséricorde, et de plus elle est la Mère du Fils unique de Dieu; est-il rien qui puisse nous faire concevoir une plus haute estime de son pouvoir et de sa bonté ? A moins qu'on ne croie pas que le Fils de Dieu honore sa mère, ou qu'on doute que les entrailles de Marie, où la charité même de Dieu a passé corporellement neuf mois entiers, se soient remplies de sentiments de charité.[…] Lire la suite

Image

Sainte Fête de l'Assomption à tous !
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

16 août : Saint Etienne de Hongrie

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 16 AOUT

16 août : Saint Etienne de Hongrie

Roi


Saint Etienne fut le premier roi de Hongrie, après que le Pape eut érigé ce pays en royaume.
Ayant épousé la soeur de l'empereur S. Henri, il s'entoure, pour gouverner son royaume, d'hommes de sainteté et d'une prudence éprouvée.

C'est à bon droit que la grandeur de son rôle pour l'expansion de la foi lui a fait décerner le titre de Roi apostolique ou d'Apôtre de la Hongrie, et lui a mérité du Saint-Siège le privilège, transmis aussi à ses successeurs, de faire porter la croix devant lui.
Il mourut en 1038, le " Jour de la Grande-Dame", c'est ainsi qu'en vertu d'un édit du saint roi, les Hongrois désignent la fête de l'Assomption.

Saint Etienne est le saint Patron de la Hongrie. Son prénom vient du grec qui signifie "celui qui est couronné".


Biographie de Saint Etienne de Hongrie.

Liturgie traditionnelle pour sa fête.

Un conseil de Saint Etienne à son fils,

une lettre apostolique de Jean-Paul II au peuple de Hongrie

une allocution de Pie XII en 1939 à des pèlerins hongrois.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

Re: Un jour, Un saint

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 17 AOUT

17 août : Bienheureuse Leopoldina Naudet

Religieuse


Léopoldina Naudet naquit à Florence le 13 mai 1773, dans une famille de la cour du grand-duc Léopold Ier de Toscane d'un Père originaire de Soissons et dont la maman avait des origines austro-hongroise.

Après le décès de sa mère elle passse son enfant partagée entre la France, l'italie et l'Autriche. Puis au décès de son père elle vit à la cour du Grand-Duc Léopold devenu empereur d'Autriche-Hongrie.

Elle fonda la congrégation des Dilettes de Jésus ( religieuses enseignantes d'inspiration ignacienne) en collaboration avec Nicolas Paccanari, jésuite.

Collaboratrice de sainte Madeleine de Canossa, fondatrice des Filles de la Charité Canossiennes, elle fonda en 1816 la congrégation des Sœurs de la Sainte-Famille. L'institut fut approuvé de droit pontifical en 1833, un an avant la mort de la fondatrice. Elle mourut en odeur de sainteté, le 17 août 1834, à Vérone.

Biographie de Bse Léopoldine Naudet.

Décret de reconnaissance le 21 avril 2016 du miracle de Léopoldina Naudet.

Regina Caeli du 30 avril 2017, le lendemain de la béatification de Léopoldina Naudet.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

18 août : Sainte Hélène

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 18 AOUT

18 août : Sainte Hélène

Impératrice et mère de Constantin


Héléne naquit vers l'an 250 à Depranum en Bithynie (Asie Mineure) dans une famille de domestiques. Elle épousa un officier de l'empereur Aurélien, du nom de Constance Chlore. De cette union naquit Constantin en 272 à Mésie en Serbie.

A l'établissement de la Tétrarchie en 293, lorsque Constance devint César, il fut obligé d'épouser Théodora, fille de l'Auguste Maximien. Hélène s'effaça et vécut dans l'ombre mais proche de son fils.

Quand celui-ci devint empereur, elle vint habiter la cour et reçut le titre d'Augusta en 325.

Elle mourut en présence de son fils en 330.

Elle est à l'origine de la restauration des lieux saints à Jérusalem. Elle y trouva en 325 les reliques de la Passion de Jésus.
Sa découverte la plus importante est l'Invention de la Vraie Croix au Saint Sépulcre où l'empereur Hadrien avait fait construire un temple de Vénus qu'Hélène fit démolir.

Biographie de Sainte Hélène.

Prière à Sainte Hélène.

Neuvaine à la Sainte Croix.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

19 août : Saint Jean Eudes

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 19 AOUT

19 août : Saint Jean Eudes

Prêtre


Saint Jean Eudes naquit à Ri dans l'Orne en 1601.

Prenant conscience durant ses premières missions d'évangélisation de la médiocrité du clergé, il décida de fonder "la Congrégation de Jésus et Marie" dites aujourd'hui des Eudistes et se consacra à la formation des prêtres.

Il ouvrit un premier séminaire à Caen en 1643 puis à Lisieux, Coutances, Rouen. Simultanément il fonda un Institut "Notre-Dame de la Charité" destiné à la réhabilitation des prostituées qui souhaitaient changer de vie.

Il fut aussi le précurseur de la dévotion aux Coeurs unis de Jésus et Marie et il en développa le culte. Il lutta toute sa vie contre les Jansénistes.

On mena contre lui plusieurs campagnes de calomnies et on essaya d'empêcher à Rome l'approbation de ses deux Congrégations.

Il prit ces épreuves comme un moyen de grandir en humilité et sainteté. Il s'éteignit en 1680 à Caen.

Son Prénom vient de l'hébreu qui signifie "Dieu a été Miséricordieux" ou
"don du Seigneur".

Biographie de Saint Jean Eudes

Oeuvres complètes de Saint Jean Eudes

Prière de Saint Jean Eudes « Marie, Fontaine de lumière, de consolation et de grâce » :

« Ô Jésus, cette invitation Tu nous l’adresses encore tous les jours : « Venez à moi vous tous qui êtes lassés, fatigués, en ce monde plein de travaux et de misère ». Où Te trouver ? Tu nous dis : « Venez à moi, à la fontaine du cœur de ma mère.

Là vous me trouverez. Car le cœur de Marie est la fontaine modelée par mon Amour, au creux de laquelle je demeure ». Souvent nous puisons aux eaux troubles des faux bonheurs qui n’engendrent que fumée, vanité, illusion. Nous courons après les richesses, les honneurs, les plaisirs éphémères. Ô Jésus, donne-nous de répondre à Ton invitation, d’aller à Marie, Fontaine de lumière, de consolation et de grâce. Tu es sa Source. Tu es le cœur de son cœur. Ainsi soit-il. »

Prière de Saint Jean Eudes « Je me donne à vous, ô bon Jésus » :

« Je me donne à vous, ô bon Jésus, renouvelez et ressuscitez en moi cette grâce, et accomplissez sur moi, par votre très grande Miséricorde, tous les desseins que vous avez daigné avoir sur mon âme dans le divin sacrement de baptême.

Ô Jésus, je vous adore dans le mystère de votre incarnation, de votre Passion et de votre mort, comme méritant la grâce qui est renfermée dans le sacrement de baptême; mais spécialement je vous adore dans le mystère de votre baptême au fleuve du Jourdain.

J'adore toutes les dispositions de votre âme sainte dedans ce mystère, et tous les desseins que pour lors vous avez daigné avoir sur moi. Ô bon Jésus, je me donne tout à vous, accomplissez, s'il vous plaît, les desseins que vous avez daigné avoir sur moi dans votre saint baptême, c'est-à-dire dépouillez-moi entièrement de tous mes péchés, lavez-moi dans votre précieux sang.

Baptisez-moi de ce baptême du Saint-Esprit et de feu dont votre bienheureux précurseur nous a assurés que vous baptisez, c'est-à-dire consumez tous mes péchés dans le feu de votre saint amour et par la puissance de votre divin Esprit ».

Autres prières

Catéchèse de Benoît XVI du 19 août 2009

La dévotion au Sacré-Coeur de Jésus (Anthologie)
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

20 août Saint Bernard de Clairvaux

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 20 AOUT

20 août : Saint Bernard de Clairvaux

Abbé et Docteur de l'Eglise.


Saint Bernard naquit en France près de Dijon en 1090.
Il entra dès l'âge de 22 ans chez les Bénédictins de Cîteaux
et il y fonda l'Ordre des Cisterciens.

En 1115, il fut nommé abbé du nouveau monastère de Clairvaux et fut à l'origine de nombreuses fondations.

Il s'éteignit en 1153 et son culte débuta aussitôt. Saint Protecteur des apiculteurs, des céréaliers et des ouvriers de sablières.

Son prénom vient de l''allemand qui signifie "celui qui est fort comme un ours."

Biographie de Saint Bernard de Clairvaux

Méditation de Saint Bernard de Clairvaux sur la Miséricorde de la Très Sainte Vierge Marie

« Qu'on ne parle plus de Ta Miséricorde, Vierge bienheureuse, si quelqu'un se rappelle T'avoir invoquée dans ses difficultés sans que Tu sois venue à son secours.

Nous, Tes petits serviteurs, nous Te félicitons de Tes autres Vertus, mais de ta Miséricorde, nous nous en félicitons nous-mêmes.

La Virginité, nous La louons, l'humilité, nous L'admirons, mais la Miséricorde a, pour des malheureux, une saveur plus douce. La Miséricorde, nous L'étreignons avec plus de tendresse, nous nous en souvenons plus souvent, nous L'appelons avec plus de fréquence. C'est Elle, en effet, qui obtint que le monde entier fût restauré, qui arracha par ses prières le salut de tous les hommes.

Il est bien évident qu'elle était en souci pour le genre humain tout entier, Celle à qui il fut dit : Ne crains pas, Marie, tu as trouvé la grâce, celle précisément que tu cherchais. Qui donc pourra de Ta miséricorde, ô Bénie, mesurer la longueur et la largeur, la sublimité et la profondeur ? Sa longueur, jusqu'à la fin du monde, se porte au secours de tous ceux qui l'invoquent ; sa largeur enveloppe le globe terrestre au point que, de ta Miséricorde à Toi aussi, la terre est toute remplie.

Ainsi encore sa sublimité a provoqué la renaissance de la cité céleste et sa profondeur a obtenu le rachat de ceux qui sont assis dans les ténèbres et les ombres de la mort. C'est par Toi que le ciel se remplit, que l'enfer se vide, que la Jérusalem céleste se relève de ses ruines, que la vie perdue est rendue aux malheureux dans l'attente.

Ainsi la charité toute-puissante et toute aimante abonde tout à la fois en compassion affective et en assistance effective, elle se montre aussi riche d'un côté que de l'autre. Ainsi soit-il. »

Prière Mariale de Saint Bernard de Clairvaux « Mère de Miséricorde » :

« Et maintenant, Mère de Miséricorde, au nom de l'élan d'amour de ton Esprit très pur, la lune se prosterne à Tes pieds ; dans les ferventes supplications, elle en appelle à Toi, car Tu as été constituée Médiatrice en sa faveur auprès du Soleil de justice, de voir la Lumière et par Ton intervention d'obtenir la grâce du Soleil. Car Il T'a aimée plus que tout autre créature et Il T'a embellie, Te revêtant de la robe de gloire et posant sur Ta tête une Couronne de beauté. Ainsi soit-il. »

Autres prières

La Miséricorde de Dieu par St Bernard.

PREMIER SERMON POUR L’ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE.
De la Susception du Christ et de celle de Marie.


1. En montant aujourd'hui dans les cieux, la glorieuse Vierge a certainement porté à son comble la joie des citoyens du ciel. Car elle n'est, rien moins que celle dont la voix fit tressaillir de joie, dans les entrailles d'une mère qu'elle a saluée, l'enfant qui y était encore enfermé. Si l'âme d'un enfant qui n'était pas encore né, s'est fondue de bonheur à sa voix, quelle ne dut pas être l’allégresse des esprits célestes quand ils eurent le bonheur d'entendre sa voix, de contempler son visage ?

Et même pour nous, mes frères bien-aimés, quelle fête n'est point le jour de son Assomption, quels motifs de joie et de bonheur n'y a-t-il point dans son assomption ? La présence de Marie éclaire le monde entier, c'est au point que les cieux eux-mêmes brillent d'un plus vif éclat, à la lumière de cette lampe virginale. C'est donc avec raison que les actions de grâce et les chants de gloire retentissent dans les cieux; mais nous, mes frères, il semble que nous avons plus de motifs de gémir que d'applaudir.

En effet, ce monde inférieur ne doit-il pas proportionner son deuil, quand elle le quitte, à l'allégresse même que sa présence répand dans les cieux ? Pourtant, trêve de plaintes chez nous, car, après tout nous n'avons point ici une cité permanente, noua aspirons, à celle où Marie fait aujourd'hui son entrée; si nous devons un jour en être citoyens, il est juste que, même dans notre exil, et jusque sur les bords des fleuves de Babylone, nous l'ayons présente à la pensée, nous participions à ses joies, nous partagions son allégresse, surtout à celle qui remplit si bien aujourd'hui même, comme un torrent, cette cité de Dieu, que, même ici-bas, nous en recevons quelques gouttes qui tombent jusque sur la terre.

Notre Reine nous a précédés, et le glorieux accueil qui lui est fait doit nous engager à suivre Notre Dame, nous ses humbles serviteurs, en nous écriant : « Attirez-nous à votre suite, nous courrons dans l'odeur de vos parfums. » Notre exil a envoyé en avant une avocate qui, en sa qualité de mère de notre Juge, de mère de la Miséricorde, doit traiter en suppliante, mais en suppliante écoutée, l'affaire de notre salut.

2. Aujourd'hui notre terre a envoyé un précieux présent au ciel, pour rapprocher, par cet heureux échange de présents d'amitié, les hommes de Dieu, la terre des cieux, notre bassesse de l'élévation suprême. Un fruit sublime de la terre s'est élevé là d'où nous viennent tous dons excellents, tous dons parfaits, et une fois montée dans les cieux, la bienheureuse Vierge comblera à son tour les hommes de ses dons.

Pourquoi n'en serait-il point ainsi ? Car le pouvoir ne lui manquera pas plus que la volonté. Elle est la Reine des cieux, et une Reine de Miséricorde, et de plus elle est la Mère du Fils unique de Dieu; est-il rien qui puisse nous faire concevoir une plus haute estime de son pouvoir et de sa bonté ? A moins qu'on ne croie pas que le Fils de Dieu honore sa mère, ou qu'on doute que les entrailles de Marie, où la charité même de Dieu a passé corporellement neuf mois entiers, se soient remplies de sentiments de charité. Lire la suite

Œuvres Complètes
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

21 août : Saint Pie X

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 21 AOUT

21 août : Saint Pie X

Pape de 1903 à 1914


Joseph Sarto naquit dans une humble famille de Riési dans la région de Trévise en 1835.
Prêtre en 1858, vicaire ensuite à Tombolo, puis curé de Salzano, chanoine et chancelier de Trévise en 1875, évêque de Mantoue en 1884, Cardinal et Patriarche de Venise en 1893, le conclave le désigna Pape à la mort de Léon XIII, le 4 août 1903.

II réforma la législation ecclésiastique et autorisa les jeunes enfants à communier considérant la participation aux saints Mystères comme la base de la vie chrétienne.

Il écrivit un nouveau Catéchisme et élabora une réforme liturgique du chant sacré.
Il mourut au seuil de la première guerre mondiale le 21 août 1914.
Son nom vient du latin Pius qui signifie " dévôt, religieux".

Une prière à Saint Pie X à la Sainte Vierge, Mère de Miséricorde,

son acte de consécration de la famille au Sacré-Coeur de Jésus,

son Catéchisme,

ses Encycliques,

l'audience de Benoît XVI le 18 août 2010 :
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

22 août : Marie Reine

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 22 AOÛT

22 août : Marie Reine

Marie, Reine : Prière du Pape Pie XII

Du fond de cette terre de larmes, où l’humanité souffrante se traîne péniblement, dans les remous d’une mer sans cesse agitée par le vent des passions, nous levons les yeux vers vous, ô Marie, Mère très aimée, pour puiser du réconfort dans la contemplation de votre gloire et pour vous saluer Reine et Maîtresse des cieux et de la terre, Notre Reine et Notre Dame.

Votre Royauté, nous voulons l’exalter avec une légitime fierté de fils et la reconnaître comme due à la suprême excellence de tout votre être, ô très douce et vraie Mère de Celui qui est Roi par droit propre, par héritage, par conquête.

Régnez, ô Notre Reine et Notre Dame, nous montrant le chemin de la sainteté, nous dirigeant et nous assistant, afin que nous ne nous en éloignions jamais.

Au plus haut des cieux, vous exercez votre Royauté sur les chœurs des anges qui vous acclament comme leur Souveraine, sur les légions des saints qui se réjouissent dans la contemplation de votre éclatante beauté; régnez donc aussi sur le genre humain tout entier, surtout en ouvrant le chemin de la foi à ceux qui ne connaissent pas encore votre divin Fils.

Régnez sur l’Église qui professe et fête votre suave domination et qui recourt à vous comme à un sûr refuge au milieu des calamités de notre temps. Mais régnez spécialement sur cette portion de l’Église qui est persécutée et opprimée, lui donnant la force pour supporter les adversités, la constance pour ne pas plier sous les injustes pressions, la lumière pour ne pas tomber dans les embûches de l’ennemi, la fermeté pour résister aux attaques ouvertes, et, à chaque instant, une inébranlable fidélité à votre royaume.

Régnez sur les intelligences, afin qu’elles ne recherchent que la vérité; sur les volontés, afin qu’elles ne suivent que le bien; sur les cœurs, afin qu’ils aiment uniquement ce que vous aimez vous-même.

Régnez sur les individus et sur les familles, comme sur les sociétés et les nations; sur les assemblées des puissants, sur les conseils des sages, comme sur les aspirations des humbles.

Régnez sur les routes et sur les places publiques, dans les cités et les villages, dans les vallées et les montagnes, dans les airs, sur terre et sur mer; et accueillez la prière de ceux qui savent que votre royaume est un royaume de Miséricorde, où toute supplication est entendue, toute douleur réconfortée, toute infortune soulagée, toute infirmité guérie et où, comme sur un signe de vos très douces mains, la vie renaît souriante de la mort elle-même.

Accordez-nous que ceux qui maintenant, dans toutes les parties du monde, vous acclament et vous reconnaissent Reine et Maîtresse puissent jouir un jour au ciel de la plénitude de votre royaume, dans la vision de votre divin Fils, qui vit et règne, avec le Père et le Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il ! Lire
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

23 août : Saint Julien de Lescar

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 23 AOUT

23 août : Saint Julien de Lescar

Evêque


Premier évêque rapporté de la région de Lescar/Oloron dans le Béarn (France) en l'an 400 par la légende de Saint Léonce de Trèves dans le bréviaire de 1541.

Julien avait été envoyé d'après ses dires, aux habitants du Béarn par ses soins, ignorants tout de l'Evangile qui ne leur avait encore pas été annoncé. Julien fit de nombreux miracles parmi eux.

Saint Julien de Lescar est invoqué pour la guérison de plusieurs maladies et handicaps.

Bréviaire de Lescar, imprimé en 1541 pour Saint Julien de Lescar.

Voici ce que rapporte une ancienne tradition, recueillie par le vieux Bréviaire de Lescar, imprimé en 1541 :

En la cité de Trèves, capitale de la Gaule Belgique, qui fut fondée par Trebeta, frère de Ninus, roi d'Assyrie - s'il faut en croire les vieilles histoires - et qui fut évangélisée par Valère, disciple du bienheureux Pierre, il y eut un évêque, du nom de Léonce, homme distingué par la noblesse de sa race et la gravité de ses moeurs, appliqué aux saintes oeuvres et désireux de cultiver la vigne du Seigneur, par l'extirpation de l'idolâtrie, jusque dans les contrées les plus lointaines. Il avait un disciple admirablement vertueux, Julein, très diligent imitateur d'un si bon Maître.

Or, saint Léonce, qui savait qu'une partie des Gaules était livrée au culte des démons et qui, dans sa grande douleur, trouvait injuste et indécent que le prince des ténèbres régnât sur les créatures de Dieu, apprit que le pays de Béarn (patria bearnica), loin d'avoir reçu l'Evangile du Christ " qu'on y avait semé de mille manières ", gémissait encore dans la fange des superstitions et de l'incrédulité. Un jour donc, que le bienheureux Julien était auprès de lui, il lui parla en ces termes :
" Bienheureux Frère, il nous faut observer les préceptes du Seigneur, et, pour l'éternelle récompense, travailler beaucoup dans la vigne du Christ. C'est pourquoi, Ô homme excellent et très Miséricordieux, écoutez mes conseils et ceignez vos reins ; hâtez-vous et courez pour amener à la religion véritable ce peuple qui sert les démons."

Le bienheureux Julien brûlait lui-même du désir d'arracher à la gueule du dragon les âmes que le Christ a rachetées de son sang. Docile aux avis de son maître, il prit avec lui deux prêtres, Austrilien et Alpinien, et se mit en route avec autant de joie que de promptitude.

Mais bientôt il advint que l'un de ses compagnons, Austrilien, passa de vie à trépas. Sur quoi, saint Julien, rebroussant chemin, courut en toute hâte raconter son malheur au serviteur de Dieu. Celui-ci lui dit :
" Repartez au plus tôt, et, prenant en main mon bâton, vous en toucherez le cadavre de votre frère défunt."
Saint Julien repartit, et, arrivé au lieu où le prêtre Austrilien avait été enseveli, il toucha du bâton, suivant la parole de l'homme de Dieu, le corps du défunt qui revont à la vie. Alors, redoublant d'ardeur, le bienheureux Julien continua sa route. Enfin, il arriva à Beneharnum ; il y confessa le nom de Notre Seigneur Jésus-Christ, y enseigna hautement la loi de Dieu, et, par sa douceur non moins que par ses miracles, il amena à la foi du Christ la nation béarnaise, si grandement aveugle jusque-là.

Les miracles en effet vinrent confirmer la prédication du bienheureux Julien. Il guérit un boiteux, du nom de Cisternanus, et ses deux fils ; il donna la vue à trois frères, aveugles de naissance, Amilien, Nicet et Ambroisien ; purifia deux lépreux, Valentin et Urbain ; rendit l'ouïe à quatre sourds et sauva sept hommes dont les eaux du Gave emportait la nacelle (Gave est le nom générique de tous les cours d'eau ou torrents dans les Pyrénées ; gave ou gaba signifie, en basque,sombre et profond. Ce mot a passé dans le langage populaire de certaines provinces, où l'on dit encore se gaver d'eau pour signifier se gorger).

Dieu voulut donner une vierge martyre à cette église naissante. Une noble fille, nommée Valérienne, avait été promise en mariage à un Gentil : mais comme celui-ci, résistant aux conseils de Julien, ne voulut pas abjurer ses faux dieux, Valérienne refusa de l'épouser ; ce que voyant, le jeune homme donna la mort à sa fiancée, qui ontint ainsi deux couronnes, l'une blanche pour sa virginité, l'autre de pourpre pour son martyre.

C'est de cette manière que le bienheureux Julien conduisit à la vérité le peuple du Béarn et qu'il fonda une nouvelle Eglise, dont le siège épiscopal fut fixé dans la ville qui porte aujourd'hui le nom de Lescar.

Notons au passage que Lescar a succédé à la ville de Beneharnum, qui a donné son nom à la province de Béarn. Cette province correspond aux arrondissements de Pau, d'Orthez et d'Oloron. La ville des Béarnais subsista jusque l'an 845, époque à laquelle les Normands la détruisirent. Les ducs de Gascogne la relevèrent de ses ruines vers l'an 1000, et ce n'est qu'à partir de cette époque qu'elle s'appela Lescar, c'est-à-dire entourée de ruisseaux. Son évêché, en dernier lieu, n'était composé que de quarante paroisses, tandis que celui d'Oloron en comptait deux cents et plus ; mais la circonscription spirituelle de Lescar était beaucoup plus étendue au temps de saint Julien et comprenait, comme nous l'avons vu, tout le Béarn. Oloron ne fut, plus tard, qu'un démembrement de ce diocèse primitif.

Cependant, le saint évêque de Trèves, Léonce, avait entrepris, malgré son extrême vieillesse, le pèlerinage de Saint-Jacques. Sur sa route se trouvait la cité de son disciple. Il s'y arrêta, et, quand il vit les triomphes remportés par Julien sur les ténèbres de l'erreur, il rendit à Dieu d'immenses actions de grâces, puis continua son pieux voyage, en traversant la cité d'Iluro et la vallée d'Aspe.

A son retour, saint Léonce repassa par Beneharnum, où il sentit s'affaiblir ses membres octogénaires. Bientôt l'agonie se déclara ; il reçut les sacrements du Seigneurs ; on vit une nuée blanche envelopper son lit, et il rendit son âme à Dieu en proférant de saintes paroles. Le bienheureux Julien lui fit de magnifiques funérailles, que Dieu illustra par des miracles, entre autres la résurrection de trois morts et la guérison de dix aveugles. Au moment où le clergé entonnait l'office des morts, une voix d'anges se fit entendre, disant avec transport : " Réjouissez-vous dans le Seigneur ", comme pour déclarer que le Saint évêque de Trèves était déjà au ciel.

A propos de l'état de l'Eglise de cette région, disons que lorsqu'en 406, c'est-à-dire six ans après que la sainte mort de saint Julien, sur laquelle nous n'avons pas de détail en dehors de sa date, Wallia, à la tête de ses Goths de l'Ouest ou Wisigoths, dépeupla tout ce qui appartient à l'Aquitaine et aux neuf peuples ; le pays où il campait était catholique.
Les neuf peuples en question, dans l'Aquitaine, étaient les Tarbelli (Dax et Bayonne), les Ausci (Auch et Armagnac), les Bigorrais, les Cocozates (Bazas), les Eluzates (Eauze), les Tarusates (Tartas et Chalosse), les Convenae (Comminges et Conserans), les Benharni (Lescar, Oloron, Aspe, Ossau, Barétous, Soule) et les Garites, dont le nom est rappelé par Garis, village de la Basse-Navarre.

Sidoine Apollinaire nous apprend que Bordeaux, Bazas, Comminges, Auch et beaucoup d'autres cités touchaient à leur ruine spiritelle par la mort de leurs pasteurs, moissonnés sans qu'on établît de nouveaux évêques... Dans les diocèse et dans les paroisses, tout était négligé. Sidoine Apollinaire, dans ce passage, distingue les paroisse rurales des paroisses urbaines. D'après saint Grégoire de Tours, ce furent surtout les villes des deux Aquitaines et de la Novempopulanie qui se firent dépeuplées par cette horrible tempête.

Ajoutons que, plus loin dans le temps, les actes du concile d'Agde, tenu en 506, et auquel la Novempopulanie fut représentée par onze évêques, dont celui de Lescar, saint Galactoire, et celui d'Oloron, saint Grat, nous apprennent que dès les premières années du VIe siècle, il y avait dans les contrées du midi des couvents d'hommes et de femmes, que le clergé possédait des propriétés, que les diocèses étaient divisés en paroisses.

On peut aisément conclure de tout cela qu'à l'arrivée des Wisigoths, au commencement du Ve siècle, l'Eglise était partout et hiérarchiquement constituée.

La ville de Lescar fête saint Julien à la fin août à l'occasion des fêtes patronales.
Saint Julien de Lescar est invoqué pour la guérison de plusieurs maladies et handicaps.

Source : hodiemecum.hautetfort.com
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

24 août : Saint Barthélemy ( Nathanaël)

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 24 AOUT

24 août : Saint Barthélemy ( Nathanaël)

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1, 45-51


Philippe rencontre Nathanaël et lui dit : « Celui dont parlent la loi de Moïse et les Prophètes, nous l'avons trouvé : c'est Jésus fils de Joseph, de Nazareth. »
Nathanaël répliqua : « De Nazareth ! Peut-il sortir de là quelque chose de bon ? » Philippe répond : « Viens, et tu verras. » Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir. » Nathanaël lui demande : « Comment me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c'est toi le Fils de Dieu ! C'est toi le roi d'Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t'ai vu sous le figuier, et c'est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les
cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et
descendent au-dessus du Fils de l'homme. » Bible - © AELF, Paris

Litanies de Saint Barthélemy

Tome I Chapitre VI
Bienheureuse Anne-Catherine Emmerich

Commencement de la vie publique et de la prédication du Sauveur jusqu'aux noces de Cana.
Il appelle à lui Pierre, Philippe et Nathanaël



[…] Pendant ce temps, Philippe était allé trouver Nathanaël à son bureau. Il y avait là plusieurs écrivains ; il était assis dans une pièce qui était au haut de la maison. Philippe n'avait pas encore parlé de Jésus à Nathanaël, parce qu'il n'était pas avec les autres à Gennabris. Il était en bons termes avec lui, et il lui dit avec beaucoup d'enthousiasme et de joie que Jésus était le Messie annoncé par les prophéties ; que ce Messie, ils l'avaient trouvé dans la personne de Jésus de Nazareth, fils de Joseph.

Nathanaël était un homme vif et d'un caractère ouvert, mais néanmoins ferme et tenace dans ses opinions, d'ailleurs plein de droiture et de sincérité. Il dit à Philippe : "Que peut-il venir de bon de Nazareth ? " car il connaissait bien la réputation des gens de Nazareth : il savait qu'il régnait dans leurs écoles un grand esprit de contradiction et qu'on n'y trouvait guère de sagesse. Il pensait qu'un homme qui avait fait là son éducation, pouvait bien plaire à ses amis, gens simples et bienveillants, mais le contenterait plus difficilement, lui qui avait des prétentions au savoir.

Philippe lui dit de venir et de voir qui était Jésus, ajoutant qu'il allait passer près de là, sur le chemin de Cana. Alors Nathanaël descendit avec Philippe et prit un chemin très court sur lequel était située la maison, à quelque distance de la grand route de Cana ; cependant Jésus s'arrêta avec quelques disciples à l'endroit où ce chemin aboutissait à la grand route. Philippe, depuis que Jésus l'avait appelé, était aussi joyeux et aussi confiant qu'il avait été craintif auparavant ; il dit à haute voix pendant qu'il approchait de Jésus avec Nathanaël : "Maître, j'amène celui qui demandait s'il peut venir quelque chose de bon de Nazareth.

"Mais, lorsque Nathanaël fut en sa présence, Jésus dit aux disciples qui étaient près de lui : "Voici un véritable israélite, chez lequel il n'y a pas d'artifice (Joan 1, 45,51). " Jésus dit cela d'un ton très amical et très affectueux, et Nathanaël répondit : "D'où me connaissez vous ? " il voulait dire par là : Comment savez vous que je suis sincère et sans artifice, puisque nous ne nous sommes jamais parlé ? Alors Jésus lui dit : " Avant que Philippe t'appelât je t'ai vu sous le figuier. " Et en parlant ainsi Jésus le regarda d'une manière très touchante et très significative.

Ce regard réveilla tout à coup chez Nathanaël le souvenir que Jésus était ce même passant dont le regard sérieux l'avait prémuni et lui avait communiqué une merveilleuse force de résistance, lorsqu'étant sous un figuier dans le jardin de plaisance des bains de Béthulie, il avait lutté contre la tentation après avoir regardé de belles femmes qui jouaient avec des fruits au bord de la prairie.

La puissance de ce regard et la victoire dont il lui avait été redevable, lui étaient restées présentes à l'esprit ; il n'en était peut-être pas de même de la figure de cet homme, ou bien, s'il avait immédiatement reconnu Jésus, il ne pouvait pourtant pas croire qu'il eût eu cette intention en le regardant.

Mais maintenant que Jésus faisait une allusion directe à cette circonstance et lui lançait de nouveau un regard pénétrant, il fut tout bouleversé et saisi d'une vive émotion ; il sentit que Jésus, lorsqu'il avait alors passé devant lui, avait vu ses pensées et avait été pour lui un ange gardien, car il avait le cœur si pur qu'une mauvaise pensée le troublait beaucoup. Il vit aussitôt dans Jésus son protecteur et son sauveur, et cette connaissance que Jésus avait eue de ses pensées suffit à son cœur sincère, prompt et reconnaissant, pour le décider à lui rendre hommage devant tous les disciples. Il s'humilia donc devant lui lorsqu'il eut prononcé ces paroles et lui dit :

" Maître, vous êtes le Fils de Dieu, vous êtes le Roi d'Israël. " Alors Jésus lui répondit : "Tu crois déjà, parce que j'ai dit que je t'avais vu sous le figuier ; en vérité tu verras de plus grandes choses que cela.'' Et il ajouta, s'adressant à tous avec affirmation : " En vérité, en vérité, vous verrez le ciel s'ouvrir et les anges de Dieu montant et descendant sur le Fils de l'homme.

" Les autres disciples ne comprirent pas clairement le sens des paroles de Jésus sur le figuier, et ils ne savaient pas pourquoi Nathanaël Kased changeait si promptement de sentiment. La chose, comme affaire de conscience, resta cachée pour tous, excepté pour Jean à qui Nathanaël la confia aux noces de Cana. Nathanaël demanda à Jésus s'il devait tout quitter aussitôt pour le suivre, disant qu'il avait un frère auquel il voulait transmettre son office. Jésus lui répéta ce qu'il avait dit aux autres le soir du jour précédent et l'engagea à l'accompagner aux noces de Cana. […]

Source : Livres-Mystiques.com

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

25 août : Saint Louis (Louis IX)

Message par amidelamisericorde »

Image

Louis Jean Francois Lagrenee, Entrevue de Saint Louis, roi de France, et du pape Innocent IV, à Lyon, en 1248

SAINTS DU 25 AOUT

25 août : Saint Louis

Roi de France


Louis IX naquit en 1214. Il gouverna son Royaume avec justice et mena une vie très pieuse, un vrai modèle de sainteté.
Il mourut en 1270 de la peste, lors de la huitième croisade en Tunisie.
Saint Louis est à l'origine de la présence à Paris, de la couronne d'épines qui se trouvait à Notre-Dame et de l'édification de la Sainte Chapelle pour y recevoir à l'époque la Très Sainte Relique.
Saint Louis est le Saint Patron de la France.
Il est le saint Protecteur des charpentiers, des coiffeurs, des marbriers, des distillateurs, des merciers, des brodeurs, de l'Ordre militaire de Saint Louis, et du Tiers Ordre Franciscain.

St Louis, roi, confesseur

Biographie

« Dialogue de conversion d’un musulman » de Saint Louis IX

Le Prince musulman Al Moadam : « Quelle est la cause de votre tristesse ? »

Saint Louis : « C’est que je n’ai point gagné ce que je désirais le plus gagner, la chose pour laquelle j’avais laissé mon doux Royaume de France, et ma mère, chère encore, qui criait après moi, la chose pour laquelle je m’étais exposé aux périls de la mer et de la guerre ».

Le Prince musulman Al Moadam : « Et qu’est-ce donc, Ô Seigneur Roi, que vous désiriez si ardemment ? »

Saint Louis : « C’est… ton âme ! Que le diable promet de précipiter dans le gouffre. Mais jamais, grâce à Jésus Christ, qui veut que toutes les âmes soient sauvées, il n’arrivera que Satan puisse se glorifier d’une si belle proie. Le Très Haut le sait, Lui qui n’ignore rien : si toute le monde visible était à moi, je le donnerai tout entier, en échange du salut des âmes ».

Le Prince musulman Al Moadam : « Eh quoi ! Bon Roi, tel a été le but de ton pèlerinage si pénible ? Nous pensions tous, en Orient, que vous tous les chrétiens, aspiriez ardemment à notre soumission et vouliez triompher de nous par avidité de conquérir nos terres et non par désir de sauver nos âmes ».

Saint Louis : « J’en prends à témoin le Tout Puissant, je n’ai point souci de retourner jamais dans mon Royaume de France, pourvu que je gagne à Dieu ton âme, et les âmes des autres infidèles, et qu’elles puissent être glorifiées »

Voilà donc le mot-clé lâché. Ce que veut ce Roi missionnaire, en finale, c’est la Gloire du Ciel, la Gloire du Royaume éternel, la propre Gloire du Ressuscité, non seulement pour ce Sultan, mais pour tous les Musulmans du monde. Le Sultan alors de rebondir sur ce mot et d’évoquer le Ciel selon le Coran :

Le Prince musulman Al Moadam : « Nous espérons, en suivant la loi du très béni Mahomet, arriver à jouir des plus grands délices dans l’avenir. » (Sous-entendu, des quantités de femmes !)

Et le Roi de France de répliquer :
Saint Louis : « Je ne puis assez m’étonner que vous, qui êtes des hommes discrets et circonspects (il discerne le meilleur en eux), vous ajoutiez foi à cet enchanteur Mahomet qui commande et promet tant de choses déshonnêtes ».

Et se référant, non à l’Évangile, mais au simple bon sens humain, d’ajouter :
Saint Louis : « En effet, j’ai regardé et examiné son Alcoran (un des noms du Coran) et je n’y ai vu qu’ordures et impuretés, tandis que d’après les sages anciens, voire même les païens, l’honnêteté est le souverain bien dans cette vie ».

Quel amour de la Vérité ! Quelle audace ! Quels risques encourus, puisque le Sultan d’un seul geste peut faire décapiter notre bon Roy Saint Louis d’un seul coup de sabre.
Ainsi soit-il.

Prière pour la France de Saint Louis

« Dieu Tout-Puissant et éternel, qui avez établi l'empire des Francs pour être dans le monde l'instrument de vos divines volontés, le glaive et le bouclier de votre sainte Église, nous vous en prions, prévenez toujours et partout de votre céleste lumière, les fils suppliants des Francs, afin qu'ils voient ce qu'il faut faire pour réaliser votre règne en ce monde, et que pour accomplir ce qu'ils ont vu, ils soient remplis de charité, de force et de persévérance. Par Jésus-Christ, notre-Seigneur. Amen. »

Source : site-catholique.fr

Prières et litanies en l’honneur du Roi Saint Louis

Enseignements de Saint Louis à son fils
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

26 août : Sainte Marie de Jésus crucifié (Maryam Baouardy)

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 26 AOUT

26 août : Sainte Marie de Jésus crucifié (Maryam Baouardy)

Religieuse


Mariam naquit en Galilée, dans un village appelé Abellin, le 5 janvier 1846, dans une famille chrétienne pauvre.

Elle perdit son père et sa mère à quelques jours d'intervalle, juste après la naissance d'un petit frère et fut placée chez une tante maternelle. Son oncle lui présenta à l'âge de treize ans un parti qu'elle refusa, ce qui aggrava les relations déjà houleuses dans son nouveau foyer.

Pour échapper à des mauvais traitements, elle se sauva et erra d'Alexandrie à Jérusalem passant par le Liban et finit par embarquer pour Marseille début mai 1863.
Elle fut favorisée de manifestations mystiques avant ses dix-huit ans, et survécut miraculeusement grâce aux soins prodigués par une mystérieuse infirmière vêtue de bleu, à la suite de l'agression d'un musulman qui lui trancha la gorge pour avoir confessé sa foi catholique.

Elle reconnut la Sainte Vierge en cette bienfaitrice qui lui annonça sa vie future. En effet sa prophétie s''accomplit : Mariam entra comme novice chez les Sœurs de Saint Joseph de l'Apparition, et plus tard se présenta au Carmel de Pau en juin 1867, aux premières vêpres de la solennité de la Très Sainte Trinité, pour y prendre l'habit de Notre-Dame du Mont Carmel comme novice converse le 2 juillet de la même année.

Elle reçut le nom de sœur Marie de Jésus crucifié. En 1870, alors âgée de vingt-quatre ans, elle fonda le Carmel de Bangalore (Inde), puis celui de Bethléem en 1875. Elle y mourut le 26 août 1878, en prononçant ces derniers mots :"Mon Jésus, Miséricorde ! Oh ! oui, Miséricorde !

Elle a été béatifiée le 13 novembre 1983 et canonisée le 17 mai 2015. Le martyrologe romain place la solennité de sa fête le 26 août. Le Carmel la célèbre le 30 août.

Florilèges de textes de Sainte Marie de Jésus crucifié,

Neuvaine à Sainte Marie de Jésus crucifié.

Prophéties pour la France de Sainte Marie de Jésus crucifié.

Prière de Sainte Marie de Jésus crucifié

« Aux pieds de Marie, de ma Mère chérie, j'ai retrouvé la vie. Ô vous tous qui souffrez, venez à Marie, aux pieds de Marie, j'ai retrouvé la vie. Ô vous qui travaillez dans ce monastère, Marie compte tes pas et tes sueurs. Dites-vous à vous-mêmes : aux pieds de Marie, j'ai retrouvé la vie.

Vous qui habitez dans ce monastère, dégagez-vous de ce qui est de la terre. Ton salut et ta vie sont aux pieds de Marie. J'habite dans les entrailles de ma Mère, j'y trouve mon Bien-Aimé. Suis-je donc orpheline ? Dans le sein de Marie, j'ai trouvé la vie.

Ne dites pas que je suis orpheline : j'ai Marie pour Mère et Dieu pour père. Le serpent, le dragon voulait me mordre et avoir ma vie ; mais aux pieds de Marie, j'ai retrouvé la vie. Marie m'appelle, et, dans ce monastère, je resterai toujours. Aux pieds de Marie, j'ai retrouvé la vie. Amen. »

D'autres prières

Prophéties de Sainte Marie de Jésus crucifié.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

Re: Un jour, Un saint

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 27 AOUT

27 août : Saint Amédée de Clermont (de Lausanne)

Evêque


Amédée naquit en 1108 au château de Chaste en Dauphiné.
Il fut tout d'abord moine à l'abbaye de Clairvaux alors dirigée par Saint Bernard.
Celui-ci le nomma abbé et l'envoya à Hautecombe.

Sa réputation de sainteté se répandit jusqu'à Lausanne, dont le siège épiscopal était vacant.
Le Saint Père le nomma comme évêque du lieu, où il resta jusqu'à sa mort, après avoir dirigé le diocèse dans un esprit de fidélité à l'Evangile dans la pénitence et le jeûne.
Il mourut le 27 août 1159 après avoir donné l'absolution à tous ceux qu'il avait exommuniés hormis à Humbert d'Aubonne qu'il cita pour le grand jour du jugement à cause des torts qu'il avait causé à l'église de Saint Livre. Amédée de Clermont fut enterré en l'église de Lausanne.

Biographie de Saint Amédée de Lausanne.

Prières de Saint Amédée de Lausanne.

Des homélies de Saint Amédée de Lausanne sur la Sainte Vierge Marie.
amidelamisericorde
Messages : 10843
Enregistré le : 09 décembre 2009, 11:08
Contact :

28 août : Saint Augustin d'Hippone

Message par amidelamisericorde »

Image

SAINTS DU 28 AOUT

28 août : Saint Augustin d'Hippone

Evêque et Docteur de l'Église.


Aurelius Augustinus vit le jour en 354 à Tagaste en Afrique du Nord, d'un père païen et d'une mère chrétienne, Monique.
Il eut une jeunesse fort tumultueuse, et professa longtemps le manichéisme.
Il enseigna la rhétorique à Tagaste, à Carthage, à Rome et enfin à Milan.
Dans cette dernière, il eut l'occasion de connaître Ambroise alors évêque qui l'amena à la conversion.
Il se fit baptiser à l'âge de 32 ans, quitta son école, et retourna dans sa ville natale où il entra dans la vie religieuse après avoir distribué ses biens aux pauvres et se consacra au jeûne et à la prière.
En 391, il fut ordonné prêtre, et évêque d'Hippone en 395.
Il vécut en commun avec les clercs de son Eglise, qu'il préparait au Saint Ministère, et forma ainsi les premiers séminaires.
Il combattit vivement par ses discours et écrits, les Donatistes, les Manichéens et les Pélagiens.
Il mourut à Hippone durant son siège par les Vandales, en 430.
Il est le saint Protecteur des théologiens et des imprimeurs. Son prénom vient du latin qui signifie "vénérable".

Saint Augustin : "Les Anges sont des esprits, mais ce n'est pas parce qu'ils sont des esprits qu'ils sont des Anges. Ils deviennent des Anges quand ils sont envoyés en mission.
En effet, le nom d'Ange fait référence à leur fonction et non à leur nature. Si vous voulez savoir le nom de leur nature, ce sont des esprits ; si vous voulez savoir le nom de leur fonction, ce sont des Anges, ce qui signifie messager."

Sa prière à tous les Saints,

Les litanies de Saint Augustin

Une prière de Saint Augustin à la Très Sainte Vierge,

un extrait de son sermon sur l'indissolubilité du mariage
Ce signe a pour effet nécessaire d'imposer à l'homme et à la femme l'obligation de vivre inséparablement unis, et de ne jamais se séparer,


11. Pour des chrétiens le mariage ne consiste pas seulement dans la fécondité et la fidélité conjugale, mais aussi dans un signe surnaturel que l'Apôtre caractérise en ces termes « Epoux, aimez vos épouses comme Jésus-Christ a aimé son Eglise ». Ce signe a pour effet nécessaire d'imposer à l'homme et à la femme l'obligation de vivre inséparablement unis, et de ne jamais se séparer, si ce n'est pour cause de fornication. Cette union existe entre Jésus-Christ et son Eglise, et jamais aucun divorce ne pourra les séparer.

Or, dans la cité de notre Dieu, sur sa sainte montagne, c'est-à-dire dans l'Église de Jésus-Christ, cette union des époux est tellement indissoluble, qu'il n'est jamais permis de rompre avec une femme stérile pour épouser une femme féconde, quoique la génération des enfants soit le premier but que des chrétiens, membres de Jésus-Christ, doivent se proposer dans le mariage.

Je n'ignore pas que les lois de l'empire autorisent le divorce moyennant certaines formalités, je sais aussi que Moïse avait permis ce divorce aux Israélites à cause de la dureté de leur coeur; mais il en est autrement sous la loi de l'Évangile quiconque quitte sa femme et en épouse une autre est coupable d'adultère; il en est de même pour la femme. Tant est puissant le lien qui unit les époux pendant leur vie, que même, après s'être éloignés l'un de l'autre, ils restent plus unis entre eux qu'ils ne le seraient avec d'autres époux qu'ils se seraient adjoints.

Pour le prouver, il suffit de rappeler que leur seconde union ne serait qu'un adultère, ce qui suppose que le premier mariage existe dans toute sa rigueur. Mais, quand l'un des deux véritables époux est décédé, l'autre peut contracter un véritable mariage avec le complice de son adultère.

Il est donc évident qu'il existe entre les époux, pendant leur vie, un lien conjugal qui ne peut être brisé ni par la séparation ni par l'adultère. Dans ce dernier cas, le lien existe comme un titre au châtiment, et non comme un principe de société et d'alliance; de même, quoique l'âme d'un apostat brise son mariage avec Jésus-Christ et perde la foi, cependant elle ne perd pas le sacrement de la foi qu'elle a reçu dans le bain de la régénération, autrement ce sacrement lui serait rendu quand il revient à résipiscence.

Mais non, il le conserve, non pas comme un droit à la récompense, mais comme un nouveau titre au châtiment.

Source : bibliotheque-monastique.ch

ses Oeuvres complètes,
Répondre