forum-lourdes.fr

l'espace d'échange des amis des Sanctuaires Notre-Dame de Lourdes
Nous sommes le 13 Novembre 2019, 02:50

Heures au format UTC+01:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Contre l'idéologie du "genre"
MessagePosté : 19 Janvier 2014, 13:45 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 08 Décembre 2009, 09:33
Messages : 1390
Localisation : Aquitaine
Des députés polonais créent un groupe "Arrêtons l'idéologie du genre"


17 députés du parti Pologne Unie ont créé un groupe « Arrêtons l’idéologie du genre ». Ces parlementaires craignent que cette « idéologie » soit petit à petit imposée en politique, dans l’éducation et la société polonaise. Selon le député Beata Kempa, cela « aurait un impact négatif sur la famille polonaise et dans l’éducation des jeunes ». Le groupe craint que la dite idéologie apporte dans ce pays des changements inacceptables comme le « mariage » homosexuel ou l’avortement généralisé. Récemment, les évêques polonais se sont aussi prononcés contre cette idéologie.

Le groupe a annoncé qu’il organiserait des actions dans les villes de tout le pays afin d’éviter que l’argent public soit utilisé à promouvoir cette idéologie du genre. « Les parents ont le droit de savoir ce qui est en train de se passer dans les écoles afin d’avoir la certitude que leurs enfants soient à l’abri d’influence psychologiques » a déclaré Beata Kempa aux médias locaux.

Dans une lettre récemment publiée, les évêques polonais ont également averti que « l’idéologie du genre » comporte « des principes totalement contraires à la nature humaine ». « Selon cette idéologie, une personne peut décider volontairement d’être homme ou femme, et également être libre de choisir sa propre orientation sexuelle », met en garde ce texte qui a été lu dans toutes les paroisses de Pologne. « Avec cette autodétermination volontaire, on suppose que la Société accepte le droit de reconnaître de nouveaux types de famille, par exemple, basés sur les relations homosexuelles ».

Voilà des préventions de bon sens bien éloignées de la pensée dévoyée qui s’est propagée en France.


Source médias-presse.info

_________________
«Comprendre, c'est déjà aimer.»
Georges Bernanos


Haut
   
MessagePosté : 19 Janvier 2014, 19:23 
Hors ligne

Enregistré le : 04 Décembre 2009, 15:51
Messages : 2269
Localisation : Lorraine
oui, il y a des pays qui se sont penchés sur la question quand même sans tout gober

et qui ont été heureusement influencés par la manif pour tous !


Haut
   
MessagePosté : 23 Janvier 2014, 10:51 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 08 Décembre 2009, 09:33
Messages : 1390
Localisation : Aquitaine
Manifestation en Allemagne contre la théorie du genre et le système totalitaire qui se met en place

Allemagne – A Cologne, le samedi 18 janvier 2014, des parents ont organisé une manifestation contre les cours obligatoires d’éducation sexuelle qui font notamment la promotion de la théorie du genre.

Dès la maternelle, les enfants y sont confrontés à un contenu explicite les invitant à tester sur eux des pratiques inconnues à leur âge.

Besorgte Eltern est le mouvement organisateur de cette manifestation qui a rassemblé plus d’un millier de parents. Les manifestants voulaient dénoncer le contenu immoral, scandaleux et contre-nature de ces cours d’éducation sexuelle mais aussi alarmer l’opinion publique à propos des condamnations infligées aux parents qui refusent que leurs enfants assistent à ces cours.

Des familles ont reçu une amende pour avoir gardé leur enfant à domicile durant ces cours d’éducation sexuelle. Mais les parents qui ont persévéré ont ensuite subi une condamnation de 40 jours de prison !

Lors de la manifestation de ce 18 janvier, un couple qui a huit enfants, a pris la parole et expliqué qu’ils devaient aller en prison pour avoir refusé les cours de promotion de la théorie du genre pour leurs enfants. L’association Besorgte Eltern (parents inquiets) dénombre 10 parents qui ont déjà été mis en prison. « Ce sujet concerne tous les parents. Nous ne sommes pas contre les cours d’éducation sexuelle, mais contre ces cours sur le gender qui sont dispensés dans les écoles primaires et dans les maternelles ».

La sociologue Gabriele Kuby qui dénonce le gender, explique : « Le gender ou le sexe social a été démasqué comme un instrument politique du pouvoir pour détruire et déstructurer la société occidentale»

Pour Gabriele Kuby, l’Union européenne, l’ONU, participent à la mise en place dee l’idéologie du genre qui est la culture de la mort. « Nous avons de nouveau à faire à une idéologie du mal qui s’oriente contre la famille », clame Gabriele Kuby. Les associations de parents en Allemagne expliquent que la loi fondamentale n’est plus respectée car les parents ne peuvent plus éduquer leurs enfants selon leurs valeurs.

Des propos qui ressemblent énormément à ceux tenus en France par Alain Escada, le président de Civitas qui multiplie en ce moment les conférences pour expliquer la subversion qui se propage à travers cette théorie du genre.


Source médias-presse.info

_________________
«Comprendre, c'est déjà aimer.»
Georges Bernanos


Haut
   
MessagePosté : 16 Avril 2014, 12:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 08 Décembre 2009, 09:33
Messages : 1390
Localisation : Aquitaine
L’enseignement de l’idéologie du genre financé par l’Union européenne

Image

Nos lecteurs ont tous en mémoire l’incroyable semaine de promotion de la théorie du genre et des mœurs LGBT qui s’est déroulée à Sciences Po.

Mais il faut souligner le rôle de la Commission européenne dans cette promotion de l’idéologie du genre.

Sous l’obscur intitulé « Presage » se cache le « programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre ». Presage coordonne différents projets dont « Egera », autre appellation hermétique qui signifie « effective gender equality in research and the academia ».

Six universités et centres de recherche européens, dont Sciences Po Paris, sont partenaires dans ce projet financé sur quatre ans à 70% par l’Union européenne. Soit un investissement de 2,2 millions d’euros de l’institution européenne.

Hélène Périvier, coordinatrice du projet, explique : « L’idée est de promouvoir un axe sexué et genré dans les recherches et dans les enseignements ».

C’est le traité d’Amsterdam qui, dès 1997, a fait de la promotion de l’idéologie du genre un critère prioritaire de sélection des projets financés par l’Union européenne.

Mais c’est dès les années 1980 que certains ont commencé leur lobbying en ce sens. Agnès Hubert se confie volontiers : « A la fin des années 1980, je me suis battue pour l’utilisation du mot « genre ». A l’époque, déjà, il y avait une résistance des Français à ce sujet ». Aujourd’hui, Agnès Hubert est conseillère du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. Elle est notamment en charge des questions de … genre.

Ecoutons encore Hélène Périvier : « Toute institution faisant un travail sur l’égalité femmes-hommes et le genre a davantage de chances d’obtenir des crédits de recherche. Même si vous vous moquez du sujet, il vaut mieux pouvoir cocher l’item « gender equality » ». Quel aveu !


Source medias-presse.info

_________________
«Comprendre, c'est déjà aimer.»
Georges Bernanos


Haut
   
MessagePosté : 01 Mai 2014, 12:16 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le : 08 Décembre 2009, 09:33
Messages : 1390
Localisation : Aquitaine
« Habemus Gender », le colloque international des partisans de la théorie du genre

Image

Un colloque international organisé à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) les 15 et 16 mai prochains rassemblera des partisans de l’idéologie du genre venus d’Europe et des Etats-Unis.

L’intitulé de ce colloque est déjà très significatif : « Habemus Gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse« . Le logo qui accompagne représente une mitre. D’emblée, on comprend que l’Université Libre de Bruxelles sera fidèle à sa réputation anticléricale en accueillant ce colloque qui a bien l’intention de régler ses comptes avec le christianisme. Les organisateurs de ce colloque ne cachent pas être en faveur « des combats féministes et des luttes homosexuelles » et en opposition avec l’Eglise catholique. Ce colloque est d’ailleurs organisé en collaboration avec la Fédération des Amis de la Morale Laïque et bénéficie du soutien du Centre d’Action Laïque.


Image

Ce qui inquiète ce petit monde, c’est la mobilisation qui existe en France contre cette théorie du genre. Une mobilisation inattendue qui perturbe le plan subversif en cours. D’autant que cette mobilisation française suscite des émules dans d’autres pays depuis quelques mois et rend vigueur à ceux qui refusent le nouvel ordre sexuel mondial que certains voudraient nous imposer avec le concours de divers organismes internationaux.

Ce colloque affiche le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la COCOF et de la Ville de Bruxelles, autant d’institutions officielles qui, comme en France, prennent ainsi fait et cause pour cette théorie du genre mais aussi pour l’antichristianisme de cette théorie.

Bien sûr, les organisateurs de ce colloque vont user et abuser de cette stratégie qui consiste à faire parler des universitaires militants afin de donner à leurs élucubrations un vernis académique destiné à impressionner les gogos.

Mais il faut se donner la peine de chercher le parcours de chacun de ces intervenants. Commençons le travail…

David Paternotte est coresponsable de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) de l’Institut de Sociologie de l’ULB. Il a notamment travaillé pour l’International Gay and Lesbian Association (ILGA) mais aussi pour la Vlaamse Gemeenschap (Communauté flamande) en tant que… « membre du réseau d’experts sur les thématiques lesbigayes« .

Joke Swiebel, a été député européen (Pays-Bas) de 1999 à 2004. A cette occasion, elle a présidé l’Intergroupe du Parlement européen sur les droits LGBT. Active parmi les féministes et le lobby homosexuel depuis les années 1960, elle a travaillé pour la délégation néerlandaise à l’ONU de 1988 à 1995, période cruciale en matière de prise en compte de la théorie du genre et des revendications LGBT par l’ONU, notamment au Congrès de Beijing en 1995.

Joke Swiebel est aujourd’hui présidente du Centre International d’information et d’archive homosexuel et lesbien (IHLIA) et membre du conseil d’administration de la Fondation du Musée Gay.

Mary-Anne Case, professeur à l’Université de Chicago, est une activiste LGBT qui participe à de nombreux colloques et publications pro-LGBT à travers le monde.

Camille Robois intervient notamment à l’Université du Maryland dans le cadre du Programme d’études LGBT.

Eric Fassin, sociologue, est professeur à l’Ecole Normale Supérieure. Il a préfacé la traduction de Trouble dans le genre, le manifeste de Judith Butler. Il est l’auteur d’une déclaration limpide : « Ce qui est cause, c’est l’hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l’hétérosexualité ne serait pas normale« .

Nous continuerons la présentation des intervenants à ce colloque dans un prochain article.


Source medias-presse.infi

_________________
«Comprendre, c'est déjà aimer.»
Georges Bernanos


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC+01:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher :
Aller à :  
cron
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com
[ GZIP: Off ]